Ringing critical forests

Heide Hinrichs, Ringing critical forests, à la galerie KIOSK, jusqu’au 29 novembre 2020.

Photo : Heide Hinrichs, Ringing critical forests (Kiosk).

En passant | Publié le par

Un automne à dess(e)ins

Un automne à dess(e)ins, chez Nadja Vilenne, octobre 2020. Lire le blog de la galerie, par Jean-Michel Botquin : http://www.nadjavilenne.com/wordpress/.

Peinture : Brecht Koelman, 2015.06.23, huile sur lin, 24 x 30 cm, 2015.

En passant | Publié le par

S’éclipser

S’éclipser, Cathy Alvarez, à L’image sans nom, jusqu’au 25 octobre 2020. Dans le cadre de BIP OFF.

Image : Cathy Alvarez.

En passant | Publié le par

Traversée (petite et grande mer)

Traversée, Hélène Petite, livre et exposition à la Maison CFC, jusqu’au 31 octobre 2020. Exposition au MAGA, jusqu’au 4 octobre 2020.

Photo : Hélène Petite.

En passant | Publié le par

Tomber en amour

Tomber en amour, collection Veys-Verhaevert, Maison des Arts, Schaerbeek, jusqu’au 1er novembre 2020.

Photo : Edith Dekyndt, Provisory Object.

En passant | Publié le par

Risquons-Tout

Risquons-Tout, Wiels, jusqu’au 10 janvier 2021.

Dessin : Heide Hinrichs, Inscriptions.

En passant | Publié le par

Nicolas Bouvier

Nicolas Bouvier, Du coin de l’oeil, Editions Héros-Limite.

Pour aller plus loin : Editions Héros-Limite.

En passant | Publié le par

Jean-Paul Brohez

Jean-Paul Brohez, De Visu, Un printemps en résidence, Espace 251 Nord, jusqu’au 21 juin 2020.

Pour aller plus loin : le site de Jean-Paul Brohez.

Photo : Jean-Paul Brohez

En passant | Publié le par

Un lent regard

D’un lent regard, le titre du premier film de Marc Trivier, me vient à l’esprit en parcourant le dernier livre de Gerry Johansson. La facture est la même que pour les ouvrages précédents. Johansson est passé maître dans l’art de se débarrasser de tout ce qui peut faire diversion. C’est au lecteur de lui emboîter le pas, de se mettre à son rythme et de déceler la structure délicate, intelligente de son livre. Johansson est un marcheur. Il gare sa bagnole à l’enseigne Meloni Meloni (qui donne le titre à son livre) et continue à pied. Il arpente la via Bosca (comme Guido Guidi a arpenté la via Emilia). Une, deux, trois fois au moins. Cela apparaît au fil des pages. Les mêmes lieux, sous différents angles, différentes lumières, différents climats, différentes humeurs. Les images se succèdent, noires et blanches, 9 par 9, chacune à mi-hauteur d’une page blanche. Parfois elles dialoguent. Mais chaque image est un poème, autonome, on s’y arrête avant de la mettre en relation avec les autres. Trivier, Guidi et Johansson ont sans doute un point commun : l’attention, l’extrême retenue avec laquelle ils font leurs images (et fabriquent leurs livres). A nous de faire le chemin pour les rejoindre.

Gerry Johansson, Meloni Meloni, Johansson & Jansson AB, 190 pages.

En vente chez Tipi Bookshop.

Pour aller plus loin : le site de Gerry Johansson.

Photo ci-dessus : Gerry Johansson, Meloni Meloni.

En passant | Publié le par | Tagué , , , , ,

Philip Boël

Philip Boël, Les voyages d’Emile, Musée Emile Verhaeren, jusqu’au 6 septembre 2020.

En passant | Publié le par